Développement durable Formation AFD Écologie

AFD - École normale supérieure | MOOC sur la transition énergétique et écologique des pays du Sud

L’AFD et l’École normale supérieure proposent un MOOC sur les transitions énergétique et écologique. Ce cours en ligne, gratuit et accessible à tous, sera dispensé en français et sous-titré en anglais et en espagnol. Il démarre ce 25 mai 2020 pour 6 semaines (les inscriptions restant ouvertes quatre semaines après le début des cours).

L’épidémie de Covid-19 nous montre en « grandeur nature » ce que signifie de vivre dans un monde complexe, vulnérable et incertain… Ces dernières semaines, la moitié de l’humanité s’est retrouvée confinée, des pans entiers de l’économie se sont arrêtés de fonctionner, la vie sociale et culturelle fait une pause forcée.

Ce ralentissement, s’il nous invite à réfléchir aux ruptures qu’il engendre déjà, est plus que jamais l’occasion de préparer le monde d’après. Un monde qu’il faut espérer soucieux des défis sociaux et environnementaux, prenant en compte leurs interdépendances.

Si la crise sanitaire fait aujourd’hui des ravages, le dérèglement climatique à l’œuvre et le recul de la biodiversité pourraient générer, à moyen terme, des crises encore plus graves.

Si l’on exclut cette période de ralentissement forcé, les émissions de gaz à effet de serre sont en constante augmentation et le taux de CO2 dans l’atmosphère n’a jamais été aussi élevé depuis au moins 800 000 ans, se situant désormais au-dessus de 415 parties par million (ppm) – contre 280 avant l’ère industrielle.

Selon le dernier rapport du GIEC, si nous ne faisons rien, nous pourrions être confrontés dès 2040 à une hausse globale des températures de 2 °C par rapport aux niveaux pré-industriels ; de 7 °C d’ici la fin du siècle, entraînant des conséquences désastreuses pour les espèces et les écosystèmes. Le rapport donne cependant une lueur d’espoir : il est « géophysiquement » possible de limiter le réchauffement à 1,5 °C à l’horizon 2100. Pour y parvenir, il faut viser la neutralité carbone à l’échelle de la planète en 2060, un bilan carbone nul en 2030, ce qui implique un effort considérable à fournir dès aujourd’hui.

Mais sommes-nous prêts à fournir un tel effort ? Car une dissonance entre nos convictions, souvent favorables à la protection de la planète, et notre propre résistance au changement existe indéniablement. À la suite des travaux du psychologue Kurt Lewin, dans les années 1940, de nombreux auteurs ont montré combien nos comportements pouvaient aller à l’encontre de nos convictions.

Le dernier ouvrage de George Marshall (2017), Le Syndrôme de l’autruche, est en ce sens très éclairant sur l’inertie collective qui accompagne le réchauffement climatique. « Nous ne croyons pas ce que nous savons », dit pour sa part le philosophe Jean‑Pierre Dupuy, en plaidant pour un « catastrophisme éclairé ».

Que nous manque-t-il pour passer à l’action ? Outre une meilleure compréhension des défis environnementaux et climatiques, il nous faut des propositions alternatives. La pédagogie autour de ces enjeux globaux doit être tournée vers les solutions plutôt que vers les problèmes.

C’est tout l’esprit du MOOC sur les transitions énergétique et écologique proposé par l’AFD et l’École normale supérieure. Ce cours en ligne, gratuit et accessible à tous, sera dispensé en français et sous-titré en anglais et en espagnol. Il démarre ce 25 mai 2020 pour 6 semaines (les inscriptions restant ouvertes quatre semaines après le début des cours).

Lien vers le MOOC : https://www.coursera.org/learn/ecological-and-energetical-transitions-in-southern-countries

Article initialement publié sur The conversation France. pour le lire : https://theconversation.com/la-transition-energetique-et-ecologique-des-pays-du-sud-version-mooc-104882